Députée de la Drôme
Présidente de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes
Membre de la Commission des Affaires étrangères

Entrez votre texte ici

10 000 postes de soignants supplémentaires et 400 millions d’euros pour renforcer l’action de l’État auprès des personnes âgées et handicapées

Fil d'actualités

Le vieillissement de la population française pose des défis inédits que le Gouvernement anticipe dès aujourd’hui. Alors qu’un Français sur 6 aura plus de 75 ans en 2050, la majorité a fait le choix de mieux garantir la prise en charge à domicile pour que tous ceux qui le souhaite puissent rester chez eux le plus longtemps possible.

 

Concrétisant les annonces du Président de la République le 12 juillet dernier, le Premier Ministre a indiqué que le projet de loi de finances de la Sécurité sociale pour 2022 (PLFSS) porterait un effort supplémentaire de 400 millions d’euros pour l’aide aux personnes âgées, dont 240 seront dédiés aux interventions permettant le maintien à domicile. Ces moyens historiques augmenteront progressivement pour atteindre près d’1,3 milliard d'euros en 2025.

 

Dès le 1er octobre, les 200 000 professionnels du secteur de l’aide et des soins à domicile verront leur salaire augmenter 15 %. Et, un nouveau système de rémunération des infirmiers sera mis en place afin d’augmenter le temps passé auprès des personnes plus âgées. Enfin, 10 000 postes supplémentaires de soignants vont également être créés d’ici 5 ans, pour atteindre une hausse des effectifs de 10% entre 2017 et 2025.

 

Au-delà de l’investissement massif de 240 millions d’euros, un tarif plancher de 22 euros par heure de prestation va être fixé pour l’ensemble du territoire. Par ailleurs, les soignants qui s’engagent dans une démarche « qualité » - en proposant des prestations le soir, le week-end ou des formations pour leurs collègues – pourront bénéficier d’un financement complémentaire de trois euros de l’heure.

 

Nous mettons également au cœur de notre action la coopération entre les acteurs du secteur et la sécurisation des établissements :

  • les établissements qui prennent en charge les personnes âgées ou handicapées, comme les EHPAD, vont donc être mieux intégrés aux dynamiques territoriales ainsi qu’aux autres corps médicaux. Il s’agit d’en faire des centres de ressource médicaux pour leur territoire et de leur permettre de déployer une expertise gériatrique pointue afin de favoriser le maintien à domicile le plus longtemps possible ;
  • l’offre de soins et d’accueil va être adaptée et le personnel soignant sera mobilisé au plus près des besoins des patients. La présence d’infirmières de nuit sera généralisée d’ici 2023, le temps de présence des médecins coordonnateurs des EHPAD sera augmenté afin de garantir une présence minimale de deux jours par semaine dans toutes les structures, il y aura davantage d’unités Alzheimer et l’hébergement temporaire sera simplifié pour une meilleure prise en charge.

Articles similaires

Réalisation & référencement Faire un site web de politique

Connexion