Députée de la Drôme
Vice-Présidente de la Commission des Affaires étrangères
Membre de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes

Entrez votre texte ici

Mon activité parlementaire

Le 19 février a été adopté en première lecture le projet de loi pour une école de la confiance. Ce projet de loi est une nouvelle étape pour atteindre notre objectif : donner à tous les mêmes chances de réussir en luttant contre les inégalités de destin dès le plus jeune âge. Il s'inscrit dans la continuité directe du dédoublement du CP et du CE1 dans les zones prioritaires engagé par le gouvernement dès la rentrée 2017, l'abandon du tirage au sort qui était une injustice pour tous les étudiants et la mise en place du dispositif "devoirs faits".

Le diagnostic :

Bien que 98,9% des enfants fréquentent la maternelle dès l’âge de 3 ans, le Président de la République a insisté sur les inégalités qui se cachent derrière les 26 000 enfants restant et sur l’obligation d’assiduité des personnes responsables de l’enfant que représente cette mesure, notamment dans les quartiers les plus défavorisés

Les objectifs :

Augmenter le niveau général des élèves en leur transmettant dès le plus jeune âge, les savoirs fondamentaux que sont lire, écrire, compter et respecter autrui.

Réaliser le voeu du gouvernement de redonner de l’ambition à l’école républicaine en renforçant la cohésion et la justice sociale

Les principales mesures

UNE ECOLE DE L’EGALITE ET DE PROGRES SOCIAL

  • La mise en place de l’instruction obligatoire à partir de 3 ans (6 ans auparavant) qui permet la scolarisation de 26.000 élèves provenant notamment de zones géographiques défavorisées.
  • Afin d’éviter une baisse qualitative du fait de la hausse quantitative, l’État attribuera à chaque commune les ressources correspondant à l’augmentation des dépenses obligatoires engagées.
  • Pour regrouper les élèves autour des valeurs républicaines et européennes, des drapeaux français et européens ainsi que les paroles de l’hymne national seront désormais présents dans les classes.
  • Obligation de formation jusqu'à 18 ans.

UNE ECOLE EN COHERENCE AVEC SON TERRITOIRE

  • Le projet de loi entend faciliter les expérimentations pédagogiques pour s’adapter « aux besoins et aux spécificités de tous les territoires ». Les écoles publiques et les établissements privés sous contrat pourront mener des expérimentations pédagogiques limitées dans le temps, concernant l’organisation de la classe ou de l’école, l’utilisation des outils numériques, mais aussi la répartition des heures d’enseignement sur l’année scolaire
  • Grâce à la création d’Établissement publics locaux d’enseignement international (EPLEI), les élèves passant par le processus de sélection pourront à terme préparer les baccalauréats ou le brevet section européenne ainsi que le bac européen grâce à des enseignements en français et en langue vivante étrangère.

UNE ECOLE QUI EVALUE ET FORME MIEUX SES ENSEIGNANTS

  • Un Conseil d’évaluation de l’Ecole (CEE) remplacera l’actuel Conseil national d’évaluation du système scolaire (CNESCO) afin de mettre en place un cadre commun national pour l’évaluation de l’ensemble du système éducatif.
  • Mise en place d’une formation de « qualité égale », majoritairement consacrée aux savoirs disciplinaires fondamentaux et à la connaissance des valeurs de la République, fondée sur les travaux de la recherche et la connaissance des méthodes pédagogiques les plus efficaces
  • Possibilité aux professeurs de bénéficier d’une formation de « qualité égale » sur l’ensemble des territoires, en remplaçant les actuelles Écoles Supérieures du Professorat et de l’Éducation (ESPE) par des Instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation (INSPE), davantage ancrés dans l’enseignement supérieur.
  • Facilitation de l’accès à des fonctions d’enseignement au personnel éducatif préparant ces concours

Articles similaires

Réalisation & référencement Faire un site web de politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.