Députée de la Drôme
Membre de la Commission des Affaires étrangères
Membre de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes

Entrez votre texte ici

En Commission des Affaires étrangères

Lors de la commission des Affaires étrangères du mardi 17 septembre 2019, nous avons assisté à l'audition de M. François Héran, professeur au collège de France ; de M. François Gemenne, directeur de l'Observatoire Hugo et de M. Jean-Christophe Dumont, chef de la division des migrations internationales à l'OCDE, sur la thématique : "échanges sur les migrations en préparation du débat en séance publique, prévu le 30 septembre, sur la politique migratoire de la France et de l'Europe".

 

Retrouvez mon intervention ci-dessous :

 

Marielle de Sarnez: Mireille Clapot.

 

Mireille Clapot: merci Madame la présidente, et merci particulièrement à nos orateurs qui ont vraiment dit des choses je pense très fine, très documentées et puis avec des solutions, et bien évidemment certains de mes collègues dont je respecte les opinions, tombent après dans des simplifications du genre immigration = délinquance, et évidemment je pense que nous pouvons dépasser ça. Ma question va porter sur un aspect particulier qui a été évoqué, c'est la question des métiers en tension et du pilotage de l'immigration professionnelle en France, et en particulier Monsieur Dumont vous en avait parlé. Ce que l'on constate c'est que en France la question migratoire reste réduite à celle du contrôle des flux et des frontières, vous l'avez dit, au détriment des enjeux d'intégration des immigrés présents sur le territoire encore trop souvent discriminées économiquement et socialement. Alors que je le redis c'est une chance pour la France.

 

Or les métiers en tension sont les professions qui compte tenu de problèmes de recrutement, sont ouverts à tous les étrangers, pas seulement ressortissants européens de l'espace économique européen, ou la Suisse. Les travailleurs étrangers qui sollicitent auprès de l'administration une autorisation de travail ne peuvent se voir opposer un refus, ni l'absence de recherche préalable de candidats déjà présents en France ou encore la situation de l'emploi.

Cette liste, vous l'avez dit, en 2008 c'était 30 familles de métiers en tension ; en 2011 cette liste a été divisée par deux pour passer à 14 professions. Cette liste je l'ai ici, elle est complètement dépassée, de nombreux besoins de recrutement sont exclues: par exemple les services à la personne, ou encore dans le secteur de la santé.

 

Moi-même je vois dans ma circonscription des patrons qui n'arrive pas embaucher, alors que cette manœuvre pourrait être disponible.

Je milite régulièrement pour que cette liste des métiers en tension soit actualisée, est-ce que vous pourriez nous dire un peu plus précisément comment s'y prendre et quel impact ça aurait? 

Merci.

Échanges sur la politique migratoire de la France et de l'Europe

Articles similaires

Réalisation & référencement Faire un site web de politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.