Députée de la Drôme
Vice-Présidente de la Commission des Affaires étrangères
Membre de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes

Entrez votre texte ici

En Commission des Affaires étrangères

La commission des affaires étrangères a auditionné mardi 22 janvier 2019, Khalid Al Ankary, l'ambassadeur du Royaume d'Arabie Saoudite en France.

La rencontre, qui a duré un peu plus de deux heures, a été l'occasion pour lui de revenir sur l'assassinat du journaliste Jamal KASHOGGI, qualifié de "crime qui va à l'encontre de toutes les valeurs auxquelles tient l'Arabie Saoudite".

L'ambassadeur a affirmé que l'enquête qui vise les "membres du commando" ayant perpétré ce meurtre est toujours en cours mais que "onze individus ont été transférés à la justice".

J’ai interpellé l’Ambassadeur in sur la situation des droits humains dans son pays :

"Un grand nombre de défenseurs des droits humains et de détracteurs du gouvernement sont détenus, dont certains condamnés à de longues peines d'emprisonnement à l'issue de procès inéquitables".

J’ai en particulier évoqué le cas d'Esra al-Ghomgham, "militante et menacée de décapitation". "Selon les informations dont je dispose, sont punis de peine de mort les crimes suivants : homicide, viol, vol à main armée, trafic de drogue, sorcellerie, adultère, sodomie, homosexualité, sabotage et apostasie".

Ces accusations qui n'ont pas perturbé l'ambassadeur, qui a affirmé qu'il existe aujourd'hui "beaucoup de gens qui critiquent le gouvernement saoudien" qui n'ont "jamais été arrêtés" : "Mais, a ajouté Khalid Al Ankary, il y a [des] journalistes ou des écrivains ou [des personnes] travaillant dans le domaine associatif, qui sont en relation avec d'autres pays étrangers, qui sont parfois membres de groupes classés comme terroristes", a-t-il expliqué pour justifier les arrestations.

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Faire un site web de politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.