Députée de la Drôme (1ère circonscription)
Présidente de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes
Vice-Présidente de la Commission des Affaires étrangères

Entrez votre texte ici

Iran : coup de projecteur sur la situation

10 Nov 2022 Mireille Clapot En Commission des Affaires étrangères

video-play-icon
Hqdefault

La situation actuelle en Iran, qui connaît un mouvement profond de révolte de la jeunesse qui entend devenir maîtresse de son futur, est préoccupante. Pour l’éclairer, la Commission des affaires étrangères a organisé ce mercredi 2 novembre une table ronde sur le sujet, en présence de chercheurs attentifs : Mme Azadeh Kian, directeur du département de sciences sociales et du centre d’enseignement, de documentation et de recherches pour les études féministes (CEDREF) à l’université Paris-Diderot, de M. Thierry Coville, chercheur associé à l’unité mixte de recherche Mondes iranien et indien du CNRS, et de M. Farid Vahid, politologue, directeur de l’observatoire de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient à la Fondation Jean-Jaurès.

 

“Merci Monsieur le Président d’avoir pris l'initiative de cette table ronde,

 

Merci Mesdames et Messieurs pour ces interventions très documentées mais qui expriment des nuances,

 

Premièrement, j'aimerais apporter mon soutien aux jeunes femmes qui risquent leurs vies en brûlant leurs vies, aux jeunes iraniens et iraniennes qui ont le courage de protester, et aux otages dont le sort est utilisé comme levier de pression. 

 

Je voudrais rappeler les initiatives parlementaires : résolutions, tribunes, et la mission de juin 2019 emmenée par notre regretté Présidente Marielle de Sarnez, où j’avais dénoncé les multiples violations des droits humains. 

 

Mais il faut aussi des canaux diplomatiques en parallèle des sanctions, qui doivent être ciblées sur les auteurs de violations des droits humains. Les relations diplomatiques ne doivent pas être rompues, la nomination d’un nouvel ambassadeur est une bonne nouvelle. Dénoncer vigoureusement les droits humains peut et doit s’accompagner de dialogue.

 

La France doit faire entendre une voix spécifique qui se démarque des Etats-Unis et d’Israël, qui s’opposent à l’axe Russie-Iran, et qui se basent sur des textes internationaux signés par l’Iran. 

 

Quelles initiatives prendre : des accords entre universités européennes et iraniennes, des sanctions ciblées, le soutien à l’internet ? L’initiative de troc, qui devait permettre une respiration pour l’économie iranienne, a quant à elle patiné 

 

Que pensez-vous aussi d’une éventuelle inscription des gardiens de la révolution sur la liste des entités terroristes ?”


Articles similaires

Derniers articles

Adoption du PJL assurance chômage à l’Assemblée nationale

Palestine et droits humains : l’accès à la santé est un droit fondamental

Coupe du Monde au Qatar : Qu'en restera-t-il ?

Catégories

Réalisation & référencement Faire un site web de politique

Connexion