Députée de la Drôme
Membre de la Commission des Affaires étrangères
Présidente de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes

Entrez votre texte ici

Nuisances de l’A7 à Valence : l’État soutiendra les aménagements

Presse

Le Dauphiné Libéré - 15 janvier 2021

 

C’est l’Arlésienne de Valence. Depuis des années, les Valentinois entendent parler de projets pour réduire les nuisances dues à l’autoroute A7. Jusqu’à présent, rien de concret n’a vu le jour. Mais cette semaine, le gouvernement a assuré « soutenir sans tarder » les futurs aménagements.

Cela s’est joué mardi 12 janvier à l’Assemblée nationale. La députée drômoise Mireille Clapot a interpellé Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique. L’élue LREM a rappelé que l’A7, c’est environ 70 000 véhicules par jour qui longent Valence, 25 millions à l’année. Soulignant les diverses nuisances engendrées - « sonores, visuelles et pollution de l’air » -, elle indiquait : « Cette autoroute dite du soleil est une véritable plaie urbaine qui sépare l’agglomération du Rhône et qui empêche les piétons d’accéder aux berges du fleuve. »

Une nécessité « d’avancer » sur ce dossier

Mireille Clapot signalait qu’un consensus existait sur la nécessité d’apporter des solutions et qu’il s’agissait désormais « d’avancer sur leur mise en œuvre ». Elle a alors demandé au gouvernement s’il soutiendrait ce dossier à l’enjeu « national et non seulement local » et si l’État entendait lancer l’étude technique préalable à l’enfouissement de l’A7.

C’est Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au logement, qui lui a répondu au nom de Barbara Pompili. « L’amélioration de la qualité de l’air et, plus largement, l’exposition au bruit et l’impact des infrastructures routières sur le cadre de vie, sont des enjeux pleinement identifiés par le gouvernement », disait d’emblée la ministre. Elle rappelait que, dès 2018, le ministre de la Transition écologique avait signé une feuille de route « qualité de l’air » relative à l’agglomération de Valence.

Ce programme d’actions vise notamment à mettre en place des « mesures afin d’éviter la formation de secteurs de congestion au droit de l’agglomération ». Il prévoit aussi une étude sur « l’amélioration de l’insertion environnementale de l’autoroute A7 ».

Murs anti-bruit et passerelles piétonnes

Et justement, les conclusions de cette étude ont été présentées le 5 octobre dernier, au cours d’un comité de pilotage présidé par le préfet de la Drôme. Des conclusions que Le Dauphiné Libéré n’a pas pu consulter mais, déjà, quelques projets se dessinent. On peut citer, à court terme, l’installation de murs anti-bruit (pour un coût de 35 millions d’euros), la végétalisation du site (7 millions d’euros) ; et à plus long terme, la construction de passerelles de franchissement de l’A7 qui « permettraient d’atténuer l’effet de coupure urbaine en privilégiant les modes doux » (350 millions d’euros).

Autant de projets que l’État entend accompagner financièrement, comme l’a indiqué Emmanuelle Wargon : « J’ai le plaisir de vous confirmer que la situation très particulière de l’agglomération de Valence au regard de l’A7 et des enjeux qui s’y rapportent en matière de santé et de cadre de vie, conduisent le gouvernement à soutenir sans tarder la mise en œuvre d’un programme d’aménagements ».

La ministre s’est toutefois bien gardée d’annoncer le montant de l’enveloppe qui viendra de l’État. Elle n’a pas non plus abordé la question de l’enfouissement de l’autoroute. Mais elle a invité toutes les parties, privées comme publiques, à se mettre autour de la table pour permettre « une réalisation rapide des premiers aménagements ».

Une réponse dont s’est réjouie la députée Clapot à l’issue de la séance. « J’ai informé aussitôt le préfet et les élus locaux, afin que nous puissions rapidement enchaîner sur la recherche d’un financement », annonce-t-elle. Affaire à suivre.


Articles similaires

Réalisation & référencement Faire un site web de politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.