Députée de la Drôme
Présidente de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes
Membre de la Commission des Affaires étrangères

Entrez votre texte ici

Indemnité inflation de 100 euros : une aide efficace et indispensable face à la hausse générale des prix

Fil d'actualités

Nous faisons face, aujourd’hui, à une forte augmentation des prix du carburant qui fait suite à une très forte augmentation des prix de l’énergie en général.

Cette envolée des prix, le gouvernement a tenté d'y répondre très vite, s’agissant du gaz, avec le bouclier tarifaire qui s’applique dès ce mois d'octobre. S’agissant de l’électricité, avec des augmentations annoncées en février de plus de 12 % sur la facture des ménages, des mesures  anticipées ont été prises pour la plafonner à 4 % maximum.

En moyenne, un Français roule 14 000 km par an, avec une augmentation de 9 centimes du prix du litre, cela représente un surcoût de 80 euros par an.

 

Cette hausse qui dépend de l’évolution des cours mondiaux s’ajoute à d’autres hausses dans d’autres secteurs comme celui de l’alimentation. L’économie rebondit fortement en France et ailleurs, et cela crée des tensions, des pénuries, et donc des augmentations de prix.

 

L’État apportera donc un soutien financier exceptionnel au pouvoir d’achat des ménages pour passer ce cap : l’indemnité inflation. Ce soutien représentera un forfait de 100 euros. Il concernera environ 38 millions de nos concitoyens qui gagnent chacun moins de 2000 euros nets par mois (par personne).

 

Cela concernera dans le détail :

  • d’abord, ceux qui travaillent : ce seuil de 2000 euros (1,6 SMIC) permet d’inclure la moitié des salariés (y compris, bien sûr, les agents publics) et des travailleurs indépendants mais aussi les personnes à la recherche d’un emploi ;
  • ensuite 13 millions de retraités (70 % des retraités) dont le niveau de pension les situe un peu en dessous de 2000 euros nets (exactement 1943 € qui est par ailleurs le seuil de la CSG à taux réduit) ;
  • enfin, les personnes en situation de précarité qui bénéficient par exemple du RSA ou de l’AAH.

 

--> les bénéficiaires n’auront pas de démarche à faire, l’aide leur sera versée directement : par leur employeur pour les salariés, par l’Urssaf pour les indépendants, par leur caisse de retraite pour les retraités, par Pôle emploi pour les demandeurs d’emploi ;

--> un versement sera effectué pour les salariés en décembre et pour les autres en janvier (pour les retraités, en février) ;

 

 

Cette aide sera intégralement prise en charge par le budget de l’État, ce qui représentera une dépense de 3,8 Mds d’euros. Elle sera répercutée sur les budgets 2021 et 2022 et finançable grâce à une reprise économique qui est meilleure que prévue, qui accroît nos recettes et minore nos dépenses, et nous permettra ainsi de tenir malgré ces mesures notre trajectoire de redressement des finances publiques.


Articles similaires

Réalisation & référencement Faire un site web de politique

Connexion