Députée de la Drôme (1ère circonscription)
Première Vice-présidente de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes
Vice-Présidente de la Commission des Affaires étrangères

Entrez votre texte ici

Mon audition de Mme Marie-Hélène Loison, directrice générale adjointe de l’Agence française de développement


video-play-icon

Le 19 juillet

Audition de Mme Marie-Hélène Loison, directrice générale adjointe de l’Agence française de développement.

 

Mireille Clapot:

 

Merci Madame la Présidente.

Madame la Directrice,

Les efforts qui ont été faits ces dernières années par l’Agence Française de Développement en matière d’égalité femmes-hommes sont remarquables. Je tenais à le souligner. Alors, bien sûr, la loi d’août 2021 n’y est pas pour rien, sous l’impulsion de parlementaires dont je fais partie puisque j’avais fait un rapport sur la diplomatie féministe. Sous l’impulsion, aussi, de cette Délégation aux Droits des Femmes (DDF). Les marqueurs genre et l’accent mis sur l’égalité femme-homme étaient dans la loi et, bien sûr, à l’initiative du Président de la République, qui avait fait de l’égalité femme-homme la grande cause du premier quinquennat ainsi que du second.

On pourrait en parler longtemps, vous l’avez très bien détaillé. Je trouve particulièrement intéressant et révélateur le souhait de transversalité dont vous avez parlé, que l’égalité femme-homme ne soit pas un sujet à part sur lequel on vient cocher des cases mais diffuse vraiment dans tous les thèmes et en particulier le croisement avec les thématiques du climat, de l’entreprenariat. Cela aboutit à des projets qui changent réellement la vie des femmes. C’est ce que nous souhaitons et je pense que c’est réellement le cas. Un petit regret peut-être, c’est que nous devons aller plus loin et avoir une culture de l’évaluation. Je sais que vous vous y efforcez mais nous, en tant que parlementaires, on se pose parfois la question de comment est-ce que l’on peut suivre et peser sur les actions en dehors des points réguliers qui sont faits ?

Une question peut-être plus précise puisque le Haut Conseil à l’Egalité a publié début juillet un bilan de la stratégie de diplomatie féministe qui préconise de renforcer le soutien aux organisations féministes au plus près du terrain. Ce soutien, il est financier bien sûr mais il ne doit pas être que financier. Il doit être également politique et donc ne pas simplement faire de vous un bailleur de fonds. Je voulais vous demander comment vous gérez les choix des associations et comment vous gérez les axes politiques de ce soutien aux associations féministes ? Je vous remercie.

 

 

Marie-Hélène Loison:

 

Merci pour cette question et je m’aperçois que je ne vous ai pas présenté Céline Gilquin qui est responsable de la division « lien social » et qui travaille notamment sur ces questions « genre et égalité femme-homme ». Je vous présente aussi Laura Colin qui travaille dans notre pôle parlementaire. Je vais répondre et je laisserai Céline compléter.

Tout d’abord, je vous remercie pour vos encouragements qui nous poussent à poursuivre puisqu’évidemment, il y a encore beaucoup à faire et malheureusement, dans certains cas, les droits des femmes reculent plus qu’ils n’avancent. C’est une aiguillon puissante pour poursuivre notre action.

Sur la culture de l’évaluation de l’AFD, notre objectif est d’évaluer la moitié des projets. Cela couvre un spectre assez large. On rapport à notre conseil d’administration les résultats de ces évaluations et donc il ne faut pas hésiter, puisque l’on a quatre parlementaires au total qui siègent à notre conseil, à pouvoir bénéficier de cette matière-là, en particulier au niveau de la Commission des affaires étrangères. Bien sûr, nous restons à votre disposition pour répondre à un certain nombre de questions. En tous les cas, dans le dispositif AFD, on a une politique d’évaluation avec des objectifs qui se sont renforcés d’évaluation des projets.

Concernant le soutien aux organisations féministes, cela me permet effectivement de revenir sur le fonds de soutien aux organisations féministes dont c’est vraiment l’objectif. Au-delà des projets que l’on finance, c’est important de travailler sur le renforcement des structures, en particulier locales puisqu’évidemment ce n’est pas le rôle d’un bailleur de fonds de faire changer une société. On n’en serait bien incapables de toute façon. En revanche, ce que l’on souhaite faire, c’est de pouvoir soutenir des acteurs tels que ces organisations féministes qui, elles, vont pouvoir travailler sur le terrain pour faire évoluer les choses et faire le plaidoyer. Quand vous dites « soutien financier mais pas seulement », il faut savoir qu’à travers ce fonds, ce qui est précisément visé c’est de pouvoir financer leurs actions mais de pouvoir également travailler sur le renforcement des structures pour qu’elles puissent bénéficier de formations et se structurer davantage de façon à améliorer leurs compétences sur un certain nombre de sujets.

Sur les axes politiques, je dirais que dans les critères d’éligibilité, il y a un certain nombre de thématiques qui ont été définies avec le MEAE et donc on s’inscrit dans ce cadre. Il y a sept ou huit thématiques comme l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive, la prévention de la violence basée sur le genre… Je vous laisse compléter Céline.

 

 

Céline Gilquin:

 

Je vous remercie.

Pour revenir sur le fonds de soutien, c’est un outil mis en place depuis 2020 et qui est vraiment puissant dans la mesure où il nous permet d’agir à différents niveaux. Il y a une grande complémentarité entre les financements que l’on met en œuvre habituellement auprès des autorités locales et, par ailleurs, le soutien et le renforcement de la société civile et ses associations dans ces pays-là. Cela permet d’agir à différents niveaux et d’essayer à changer, à contribuer à ce que les choses évoluent sur cet agenda. C’est vraiment puissant et on en qu’au début. On attend beaucoup de retombées et d’effets de ce fonds.

Sur les thématiques, il y a à la fois des appels à projet qui sont lancés, un à deux par an, auxquels répond un consortium d’ONG qui vont eux-mêmes faire des appels à projet dans différents pays auprès de ces associations féministes locales. Elles vont être à la fois renforcées et à la fois bénéficier de financements pour réaliser des projets. Il y a eu des thématiques en 2020 sur la santé sexuelle et reproductive, en 2021 sur les violences et sur le climat, en 2022 sur le genre, l’éducation, la paix et la sécurité. Cette année, nous nous concentrons sur l’autonomisation justement ainsi que l’hygiène menstruelle. Ce sont donc les deux appels à projet qui sont en cours cette année, en sachant que chacun des projets durent de trois à quatre ans. Donc même les tout premiers projets sont encore en train d’être mis en œuvre.


Articles similaires

Derniers articles

Table ronde sur les élections américaines

Echanges avec la Présidente de l'Assemblée albanaise

Intelligence articifielle au programme du petit-déjeuner

Catégories

Réalisation & référencement Faire un site web de politique

Connexion