Députée de la Drôme (1ère circonscription)
Présidente de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes
Vice-Présidente de la Commission des Affaires étrangères

Entrez votre texte ici

Rencontre avec le proviseur du lycée agricole du Valentin

03 Fév 2022 Mireille Clapot Mes actions en circo'

Une ferme au coeur de la ville, et plus encore : un outil de prestation et d’innovation, vecteur essentiel de développement rural en matière agricole sur le territoire. C'est l’établissement public d’enseignement agricole du Valentin à Bourg-lès-Valence que j'ai visité en décembre dernier.

Ma visite a été l’occasion d’une discussion au cours de laquelle le nouveau chef d’établissement, Frédéric Lalanne, ainsi que son adjointe, Sandra Berthon, ont pu me faire état de leurs projets d’ateliers de transformation des produits laitiers et des fruits.

Pour mener à bien ce projet, ils ont pu bénéficier d’une aide appréciable du plan de relance.

Ce plan de relance permet la réalisation des investissements nécessaires en matière agricole, bénéficiant par extension aux lycées agricoles.

Il rend possible une transition environnementale et une transition économique de notre agriculture, non seulement par les moyens qu’il offre mais également par l’innovation qu’il favorise.

Transition environnementale car il est ainsi possible de développer une agriculture plus respectueuse de notre environnement, en diminuant son empreinte carbone via l’acquisition ou la transformation de matériels et d’infrastructures moins polluants, en améliorant les conditions d’élevage pour assurer plus de bien-être animal et renforcer la prévention des maladies, en favorisant le développement de l’agriculture biologique, et en reconstituant des haies bocagères autours et dans les cultures. Ce dernier point en particulier est un outil clés de la biodiversité car il permet d’abriter des animaux essentiels à nos cultures, les pollinisateurs par exemple, lutter contre l’érosion des sols, favoriser l’infiltration de l’eau dans le sol, et stocker du carbone. Il est possible d’autre part de prendre en compte les aléas du changement climatique en investissant dans de l’agroéquipement permettant la protection des cultures, des dispositifs de protection contre le gel par exemple.

Transition économique car ce plan fournit non seulement un appui aux associations de producteurs, en leur subventionnant les formations, outils et services leur permettant de se professionnaliser, mais il permet aussi de rendre notre agriculture plus compétitive, et de favoriser l’indépendance de la France dans la production de protéines végétales ainsi que d’en encourager la consommation auprès des Français.


Articles similaires

Derniers articles

Je m'engage auprès des associations

C'est l'heure de la rentrée !

Perspectives et engagements pour cette nouvelle mandature

Catégories

Réalisation & référencement Faire un site web de politique

Connexion