Députée de la Drôme (1ère circonscription)
Présidente de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes
Vice-Présidente de la Commission des Affaires étrangères

Entrez votre texte ici

Ratification du protocole au Traité de l'OTAN sur l'accession de la Finlande et de la Suède

27 Juil 2022 Mireille Clapot En Commission des Affaires étrangères

video-play-icon
Hqdefault

Mireille Clapot intervient, en qualité d'oratrice de groupe sur la ratification du protocole au Traité de l'Atlantique Nord sur l'accession de la République de Finlande et du Royaume de Suède en discussion ce mercredi 27 juillet 2022 au sein de la Commission des Affaires Etrangères.

 

"Merci Mme la Présidente,

 

Merci et bravo, vraiment, M. le rapporteur, M. le président, cher Jean-Louis et Mme la rapporteur d'avoir tenu ce défi. C'était un défi de traiter ce texte dans des délais contraints. Nous allons réussir ce défi puisque le texte va passer mardi soir en hémicycle.
 

          La France se doit de montrer son accord plein et entier de façon à affirmer une position face à la Russie agressive et face à un membre ayant affiché ses exigences, je parlais bien sûr de la Turquie. Vous avez bien montré dans votre rapport dont je souligne la qualité combien cette ratification s'inscrit dans une histoire marquée par des doutes sur les trente-trois dernières années. Doutes et incertitudes sur le périmètre géographique de l'organisation, sur la cohésion de cette organisation, sur les moyens à y affecter, sur l'attitude des États-Unis, sur la doctrine nucléaire pour ne parler que des principaux. Plus récemment, de nouvelles menaces ont émergées dont la menace cyber et le 24 février dernier tout a volé en éclats. Paradoxalement, cela a généré une nouvelle cohésion.

La Finlande et la Suède qui vont intégrer l'OTAN ont une histoire de neutralité qui est spécifique à chacun d'eux. Pour la Suède, c'est deux siècles de tradition de neutralité mais en trois mois une révolution à 180 degrés. Pour la Finlande, cette "finlandisation", cette neutralité imposée après la deuxième guerre mondiale mais après la guerre froide pour ces pays de multiples signaux montrant leur volonté de cohésion avec l'Europe, leur capacité de mobilisation des troupes, d'innovation, de moyens financiers et d'interopérabilité. Avec cette adhésion de pays qui est plébiscitée par les populations qui ont changé d'horizon suite aux événements, la ligne claire va remplacer la "zone grise" et les deux pays vont accéder à la protection de l'organisation. Sur les conséquences, cela a bien été dit, elles sont à la fois stratégiques, politiques, les deux pays sont contributeurs nets de sécurité, la profondeur stratégique est renforcée avec des pays baltes davantage sécurisés, les 1300 km2 de frontières modifient les zones de contact entre l'OTAN et la Russie donc vous l'avez compris le groupe Renaissance approuve pleinement ce texte.

Peut-être quand même une question, le savoir-faire dans l'espace maritime nordique, comme ça a été souligné par nos précèdent intervenants va sans doute évoluer et dans le domaine cyber, sans doute, nous allons acquérir de nouvelles compétences mais de nouveaux enjeux. Donc pour conclure, je reprendrai les termes de nos orateurs à l’audition précédente, parce qu’au fond, la question est : comment gagner la bataille des narratifs ? Parce que la bataille des narratifs est importante. »

 


Articles similaires

Derniers articles

L'agence spatiale européenne : relever les défis présents et futurs

Cercle de réflexion parlementaire «Multinationales et droits humains »

Quelles seront les conséquences environnementales de la guerre en Ukraine ?

Catégories

Réalisation & référencement Faire un site web de politique

Connexion